La Cathédrale de Monreale, sublime exemple d'architecture normande

VILLES DE SICILE

Palerme

Monreale, qui surplombe Palerme et la Conca d’Oro depuis le sommet de la colline sur laquelle elle est perchée, serait une ville bien insignifiante sans la présence d’un des plus beaux trésors architecturaux : le Duomo.

L'histoire de cette magnifique cathédrale a vu le jour quand les Arabes prirent le contrôle de Palerme en 831. Ils transformèrent la cathédrale en mosquée et bannirent l'évêque de Palerme de la ville. Ne voulant pas s'aventurer trop loin de sa cathédrale adorée, l'évêque s'installa dans un petit village des collines surplombant Palerme, le site de l'actuelle Monreale. De là, il construisit une église modeste pour garder la flamme du culte chrétien local vivant.

Quelques 240 ans plus tard, en 1072, les Normands conduisirent les Arabes hors de Sicile, établissant Palerme comme leur capitale et organisant la reconsécration de la cathédrale.

En 1074, dans un acte de piété, d'action de grâce et de commémoration à l'évêque exilé, le roi Guillaume II ordonna la construction d'une nouvelle église à Monreale, dédiée à la Vierge Marie (l'une des mosaïques représente le roi Guillaume II présentant l'église à la Madonne). Dès son achèvement en 1182, le pape Lucius III éleva la magnifique église au rang de cathédrale métropolitaine.

Éduqué, tolérant et appréciant de nombreux aspects la culture et de l'art de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Guillaume II employa les meilleurs artisans arabes et byzantins (mai aussi Normands) pour travailler sur la cathédrale. Le résultat est un fabuleux et fascinant mélange de styles architecturaux, de traditions artistiques et de symbolisme religieux.

La façade asymétrique à deux tours de la cathédrale, révèle peu d'indices quant à la splendeur qui se cache à l'intérieur.

Le sol en marbre aux motifs géométriques, incrusté de mosaïques du Moyen-Orient, supporte deux rangées de colonnes corinthiennes en granit qui délimitent la large nef, élevée au toit en bois. Des arcs en ogives passent de colonne en colonne, attirant l'œil vers la claire-voie percée de fenêtres et son étonnante présentation d'œuvres d'art : plus de 6.500 m² de mosaïques dorées tourbillonnent, animés de scènes bibliques et de représentations de saints, de rois et d'anges, le tout entrecoupé de motifs dorés et de somptueux motifs décoratifs. Par vagues successives, cette beauté éblouissante culmine à l'extrémité est dans le chœur à trois absides, contemplée d'en haut par une représentation colossale du Christ Pantocrator.

En dehors de la cathédrale et jouxtant son côté sud, se dresse un autre chef-d'œuvre artistique et architectonique : le cloître. Construit en 1200 dans le cadre de l'abbaye cathédrale, le cloître comprennent 108 paires de colonnes de marbre, une galerie couverte d'arcades arabes et d'une cour centrale.

Chaque autre paire de colonnes est décorée de mosaïques uniques (il n'en existe pas deux pareilles) et chacune est surmontée d'un chapiteau floral. L'effet général est une symétrie pas tout à fait parfaite, mais la perfection absolue !

Sa vraie beauté cependant, est que bien que vous ayez conscience de vous promener dans le cloître de l'église européenne, vous pourriez tout aussi bien vous détendre dans le jardin intérieur de la maison d'un homme riche du Damas ou du Caire d'antan !

Villas siciliennes près de Palerme et Monreale >>

Mouse X
Mouse Y
Mouse Speed
Mouse Direction