Aucune propriété dans votre liste de demande. Vous pouvez en ajouter ou nous envoyer une demande de renseignements

FAIRE UNE DEMANDE

Aucune propriété dans votre liste de demande. Vous pouvez en ajouter ou nous envoyer une demande de renseignements

FAIRE UNE DEMANDE

Un bref survol de l'histoire fascinante de la Sicile

L'HISTOIRE DE LA SICILE

Découvrez les plus belles villas siciliennes >>

Plus de 2 500 années passées à un carrefour stratégique du monde occidental ont laissé à la Sicile un héritage historique inégalé.

Les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Arabes, les Normands, les Français, les Allemands, les Espagnols, les Italiens et même les Britanniques, n'ont laissé nulle part ailleurs une telle impression indélébile.

Que vous soyez plus attirés par les temples grecs, les villas et aqueducs romains, les cathédrales normandes ou les églises baroques, la Sicile offre une gamme de sites historiques qu'on ne trouve pas facilement ailleurs.

Calendrier historique de la Sicile

20 000-750 av. J.-C. Ère préhellénique

20 000-10 000 : Les peuplements du paléolithique. Ce qu'il reste à voir : les peintures des grottes de Levanzo et Addaura.

4 000-3 000 Les peuplements du néolithique à l'est, poterie et outils trouvés. Ce qu'il reste à voir : des vestiges sont visibles au musée de Lipari.

3 000-2 000 L'âge du cuivre : d'autres colons arrivent de la mer Egée. Témoignages de cultures agricoles, d'élevage et de commerce.

2 000-1 000 L'âge de bronze, avec une influence mycénienne significative. Ce qu'il reste à voir : Capo Graziano et Punta Milazzese dans les îles Éoliennes.

Environ 1250 Ausoniens s'installent aux îles Éoliennes et les Sicules occupent l'Est et commencent à se déplacer vers l'intérieur des terres. Les Sicans (d'Afrique du Nord) et les Élymes (réfugiés de Troie) s'installent à l'ouest. Ce qu'il reste à voir : La nécropole Sikel de Pantalica.

900-700 Les Carthaginois (Phéniciens de la Méditerranée orientale) remplacent les Mycéniens et s'installent à Panormus (Palerme), Solunto et Mothya. Ce qu'il reste à voir : Les colonies phéniciennes de Mothya, Solunto.

 750-215 avant J.-C. Les Grecs

734 Colonisation de Naxos (près de Taormine). Les Grecs commencent à arriver, en quête de terres permettant de développer les richesses d'une « Magna Grecia ». Les Naxiens, suivis des Mégariens à Megara Hyblaea, des Corinthiens à Ortigia (Syracuse), des Rhodiens, des Crétois et des Cnidiens à Gela. Ce qu'il reste à voir : Taormine, Ortygie, Megara Hyblaea, Erice.

Les colonies mère commencent à former des cités-états dépendantes. Ce qu'il reste à voir : Agrigente, Sélinonte, Ségeste, Eraclea Minoa.

La Sicile s'avère extrêmement fertile. Des oliviers et des vignes sont introduits. Le commerce s'intensifie tandis que la Grande Grèce sicilienne devient extrêmement riche. Des rivalités internes mènent à une guerre sanglante :

480 Bataille d'Himère : une alliance rare entre Gela, Agrigente et Syracuse parvient à vaincre les Carthaginois et annonce le début d'un « âge d'or ». 450 Rébellion dirigée par Ducetius (un Sikel hellénisé) et étouffée par Syracuse qui confirme sa puissance.

415-413 L'invasion athénienne (la Grande Expédition) de Syracuse venant en aide à Ségeste contre les tyrans de Syracuse échoue, et les 7000 soldats athéniens sont réduits en esclavage.

 264-211 avant J.-C. -  Les guerres puniques

264-241 Première guerre punique : Les Romains utilisent les Sicules contre Carthage. Ce qu'il reste à voir : Navire punique de Marsala.

218-201 Seconde guerre punique : Syracuse tombe en 211, laissant place à la domination romaine

 218 av. J.-C. - 468 ap. J.-C. - Les Romains 

44 Sextus Pompeius s'empare de la Sicile, interrompant les exportations de céréales et entraînant d'âpres vengeances lors de son renversement.

139-132 Première révolte d'esclaves

104-100 Deuxième révolte d'esclaves contre la domination romaine.

Les forêts sont détruites pour la construction navale et les champs qui en résultent deviennent « le grenier de Rome » ou « la nourrice dont la mamelle sert à alimenter le peuple romain ». Un calme relatif règne même si de nombreux temples grecs sont dépouillés. Le pillage romain de la Sicile atteint son apogée sous la gouvernance de Verrès, traîné en justice par Cicéron. La culture et la langue grecques restent fortes. Ce qu'il reste à voir : les champs de céréales à l'intérieur des terres, la Villa Romana del Casale à Piazza Armerina, le théâtre « romain » de Taormine ainsi que le théâtre romain et l'amphithéâtre de Catane.

En savoir plus sur les Romains en Sicile :

 468-476 av. J.-C. Les Vandales

468-476 Invasion des Vandales (d'origine germanique) depuis l'Afrique du Nord

 476-535 av. J.-C. - Les Ostrogoths

476-535 Les Ostrogoths règnent sur la Sicile

 535-827 av. J.-C - Les Byzantins

535 - Les Byzantins (sous Belisario) occupent la Sicile et sont accueillis par une culture grecque encore très forte. 

663  - Syracuse remplace brièvement Constantinople comme capitale de l'empire byzantin.

aux env. de 700 - Pantelleria est occupée par les Maures

 827-1061 av. J.-C. Les Arabes

827 - Début de l'invasion arabe, avec le débarquement de 10 000 Arabes, Berbères et Musulmans espagnols (collectivement appelés les Sarrasins) à Mazara del Vallo.

832 - Les Arabes conquièrent Palerme et en font leur capitale. Palerme Palerme devient l'un des centres les plus peuplés et les plus cosmopolites du monde. Le commerce fleurit et des systèmes d'irrigation sophistiqués sont construits. La population bénéficie de taxes réduites et une ère de tolérance religieuse commence. Ce qu'il reste à voir : Des noms de lieux (Calta ...., Gibil ....), citrus, canne à sucre. Les thermes de Cefalà Diana.

878 - Les Arabes conquièrent Syracuse.

1038 - Les Byzantins tentent d'exploiter les querelles arabes tandis que le général George Maniakès tente de ramener la Sicile sous l'influence de Constantinople.

En savoir plus sur les Arabes en Sicile :

Les Arabes en Sicile >>

 1060-1194 av. J.-C. Les Normands

1059 - Le Pape Nicolò II autorise la famille normande de Hauteville (présente en Calabre et dans les Pouilles) à occuper n'importe quelle région du sud de l'Italie du moment qu'elle ne reconnait pas le pouvoir de Constantinople.

1064- Le Normand Roger de Hauteville envahit Messine en réponse à un appel à l'aide des Arabes contre les Byzantins.

1071 - Les Normands prennent Palerme après un blocus naval de six mois. Que reste-t-il à voir : S. Giovanni dei Lebbrosi (Palerme).

à partir de 1071 - Les Normands prennent possession de la Sicile, mais ils sont peu nombreux si bien qu'ils acceptent et intègrent l'administration et le système de justice arabes. Ils emploient des artisans et des architectes arabes et byzantins, engendrant ainsi une association de talents et laissant un incroyable héritage artistique et architectural. L'arabe est remplacé par le français et l'italien et la hiérarchie cléricale est latinisée, mettant un terme à 1500 ans d'influence grecque. Ce qu'il reste à voir : Le palais normand et la chapelle Palatine de Palerme. Les fortifications présentes sur toute l'île. Le château d'Erice.

1130-1154 - Le Roi Roger II étend son énorme influence sur toute la région méditerranéenne. Ce qu'il reste à voir : La cathédrale de Cefalù ; S.Giovanni degli Eremiti, les églises Martorana et Magione de Palerme.

1154-1166 - Le roi Guillaume Ier (Guillaume le Mauvais) exploite sa position et ne parvient pas à contrôler les barons. L'Anglais Walter of the Mill devint archevêque de Palerme. Ce qu'il reste à voir : La cathédrale de Palerme ; « La Zisa » (palais de Palerme).

1166-1189 Le roi Guillaume II (Guillaume le Bon) établit un second archevêché à Monreale. Ce qu'il reste à voir : Cathédrale de Monreale. Palais royal de Palerme.

1189-1194 Déclin éclair de la puissance normande suite à des divisions après la mort de Guillaume II (âgé de 36 ans). La tante de Roger II épouse Henry Hohenstaufen.

1190 - Richard Ier d'Angleterre (Richard Cœur de Lion) s'arrête à Messine en chemin vers sa Troisième Croisade, mettant la ville à sac.

En savoir plus sur les Normands en Sicile :

1194 - Les Hohenstaufen rencontrent une faible opposition et Henri VI est couronné roi de Sicile. Il est remplacé par Frédéric II (Stupor Mundi) sous le règne duquel progressent la poésie, la science, le droit et la médecine. Après sa mort, le pape vend la Sicile au roi d'Angleterre, qui la donne à son fils de 8 ans Edmond de Lancaster. Ce qu'il reste à voir : châteaux forts à Milazzo, Catane (Castello Ursino) et Syracuse (Castello Maniace).

 1266-1282 av. J.-C. Les Angevins français

1266 - Le pape français destitue Edmond et donne la Sicile à Charles d'Anjou (frère de Louis IX). Les Angevins oppriment la Sicile comme jamais auparavant, (impôts élevés et division des fiefs seigneuriaux entre aristocrates français), et sont généralement détestés. 1282 - Les Vêpres Siciliennes, un soulèvement populaire qui tua des milliers d'occupants français, et ouvrit la voie à un nouveau conquérant. Ce qu'il reste à voir : le château de Sperlinga (dernier refuge des Angevins vaincus)

En savoir plus sur les Vêpres siciliennes :

Les Vêpres siciliennes >>

 1282-1516 av. J.-C. Les Aragonais

1282 - Pierre d'Aragon débarque à Trapani et est proclamé roi à Palerme. L'arrivée des Aragonais annonce le début de cinq siècles de domination espagnole et son isolement de l'Italie et par conséquent de l'Europe. 1282-1302 - La guerre des Vêpres entre Aragonais et Angevins s'est passée principalement sur l'Italie continentale et en Espagne. 1302 - La paix de Caltabellotta donne la Sicile aux Aragonais et les territoires continentaux du sud de l'Italie aux Français. XIVème siècle Gouvernement inefficace et pouvoir aux mains de la noblesse. La peste noire décime la population. XVème siècle - Rattachée à l'Espagne et coupée du continent italien (détenu par les Angevins, sauf de 1416 à 1458, pendant une brève période sous le règne d'Alphonse II), la Sicile devient encore plus isolée. Avec la découverte de l'Amérique en 1492, l'attention espagnole se déplace heureusement hors de la Méditerranée. La Sicile tombe sous le contrôle de la noblesse corrompue et l'inquisition met un terme à la tolérance religieuse. Ce qu'il reste à voir : Chiaramonte et villas catalanes-gothiques de Palerme.

 1516-1713 av. J.-C. Les Habsbourg d'Espagne

XVIème siècle - L'isolemen et la mauvaise gouvernance se poursuivent. La noblesse renforce le système féodal, chassant les paysans de leurs terres et laissant les domaines entre les mains de Massari ou Gabellotti, régisseurs chargés de la collecte des loyers. La Sicile est à présent essentiellement synonyme de ressources pour l'expansion espagnole. Le mécontentement conduit à l'augmentation du brigandage, soutenu par une population opprimée qui trouve une certaine défense contre ces persécutions en établissant un code du silence, ou « omerta »... les débuts de la mafia. Ce qu'il reste à voir : Les vestiges de Masserie fortifiées (domaines agricoles) dans toutes les zones agricoles de l'intérieur des terres. XVIIème siècle La répression est aggravée par les maladies et les catastrophes tandis que la misère s'intensifie en Sicile, sous une mauvaise administration espagnole permanente. L'insurrection est efficacement et violemment réprimée dans les grandes villes.  Ce qu'il reste à voir : le réseau principal du vieux centre-ville de Palerme. Les Quattro Canti, églises baroques. 1647 - Révolte de Palerme 1669 - L'énorme éruption de l'Etna détruit de grande zones autour de Catane. 1674-1678 Révolte de Messine 1693 Le tremblement de terre et la peste qui suit détruisent une grande partie de la côte Est tuant 5 % de la population. Un programme de reconstruction massif s'ensuit, abandonnant une partie de l'architecture baroque la plus spectaculaire d'Europe. Ce qu'il reste à voir : L'architecture baroque de Ragusa, Syracuse, Noto.1700 Charles II meurt. 1713-1720 - Les Piémontais. 1713 - Le traité d'Utrecht après la mort de Charles II d'Espagne, donne la Sicile à la Maison de Savoie.

 1720-1734 av. J.-C. - Les Habsbourg d'Autriche

1720 - La Maison de Savoie négocie la Sicile avec les Autrichiens de Sardaigne.

 1734-1806 av. J.-C. - Les Bourbons

XVIIIème siècle La poursuite de la domination espagnole indirecte, par le biais d'une noblesse choyée, parasite et corrompue, entraîne un accroissement de l'oppression et la quasi-élimination de la production des richesses. La Sicile est exclue de l'esprit révolutionnaire de la révolution française. Ce qu'il reste à voir : Palais et églises du baroque tardif dans toute la Sicile. 1734 - Le roi Bourbon Charles Ier (1734-1759) reprend la Sicile aux Espagnols 1740 Jonh Woodhouse commence la production et l'exportation des vins doux de Marsala. L'étiquette du vin Marsala « Woodhouse », désormais gérée par Florio. Ce qu'il reste à voir : différents établissements vinicoles de Marsala.1759 - Charles Ier devient Charles III d'Espagne, laissant la Sicile être régie indirectement par Ferdinand IV de Naples. 1799 - Napoléon envahit Naples, forçant Ferdinand à fuir vers Palerme dans le vaisseau de l'amiral Nelson. Nelson est récompensé par le roi et reçoit un grand domaine près du mont Etna. Ce qu'il reste à voir : Château Nelson à Maniace.

 1806-1815 av. J.-C. - L'administration britannique

1812 Lord Bentinck (commandant des forces britanniques) impose l'introduction d'un parlement bicaméral basé sur le modèle britannique. Abolition des privilèges féodaux. Augmentation de la production de vin Malvasia pour approvisionner la flotte de Nelson, basée à Messine. 1815 Napoléon est vaincu et les Britanniques abandonnent la Sicile aux Bourbons.

En savoir plus sur les Britanniques en Sicile :

Domination britannique - Nelson en Sicile >>

1815-1860 av. J.-C. - Les Bourbons

1815 Ferdinand revient à Naples et se déclare Ferdinand Ier des Deux-Siciles. La Constitution britannique qui avait cours est abandonnée. 45 années suivantes L'esprit révolutionnaire grandit à mesure que la domination espagnole devient de plus en plus intenable. 1832 - une nouvelle île apparaît au sud de Sciacca et est simultanément revendiquée par les Français, les Britanniques et les Bourbons. Nommée Ferdinandea par les Bourbons (d'après Ferdinand Ier des Deux-Siciles) et l'île Graham par les Britanniques (d'après Sir James Robert George Graham de l'Amirauté), l'île disparaît avant que la guerre puisse être déclarée entre les puissances concurrentes. Elle se trouve maintenant 8 mètres sous la surface de l'eau et représente un important danger pour la navigation. 

1860-1946 av. J.-C. - L'unification de l'Italie (Monarchie)

1860 - Garibaldi commence l'unification de l'Italie après avoir débarqué à Marsala le 11 mai. Défaite éclair des Bourbons. Vittorio Emanuele de Savoie est déclaré roi. Après la réunification, la Sicile est une fois de plus aux mains d'un gouvernement lointain. La vieille aristocratie a maintenu la plupart des privilèges. Une mauvaise gouvernance, peu de droits de vote, l'augmentation des taxes et de la conscription entraînent un plus grand mécontentement. 1866 - La révolte de Palerme est réprimée par Turin. 1886 - Ernesto Basile construit l'opéra de Palerme « il Teatro al Massimo ». Ce qu'il reste à voir : L'opéra et de nombreux bâtiments et villas de style « Liberty » à Palerme, Mondello, Bagheria, et Sferracavallo.1891-94 Les Fasci Siciliani (organisations de travailleurs) obtiennent des améliorations concernant la législation foncière, mais sont réprimés par 15 000 troupes envoyées à Palerme par le Premier ministre Francesco Crispi. 1908 80 000 personnes tuées dans le séisme de Messine. 1914 - La répression conduit à la frustration et l'émigration en masse des paysans. Augmentation des salaires en raison d'une pénurie de main-d'œuvre. 1922-43 - Mussolini devient premier ministre. Cesare Mori emprisonne 1 000 mafieux suspectés d'appuyer des organisations criminelles. Années 30 La Sicile représente une importance stratégique essentielle lors des tentatives de colonisation de Mussolini en Afrique du Nord. 1943 - Après 6 semaines de bombardements, les alliés débarquent à Gela et Syracuse et commencent à libérer l'Europe de l'Allemagne hitlérienne. De graves dégâts sont occasionnés dans une grande partie du vieux Palerme et de Messine.

En savoir plus sur l'unification de l'Italie et sur la 2ème guerre mondiale en Sicile :

 1946 à nos jours - La République italienne

1946 La Sicile devient une région autonome de l'Italie 1951-1971 - 1,5 millions de personnes émigrent, surtout dans le Nord de l'Italie, l'Allemagne et les États-Unis. 1958 - L'Italie rejoint l'Union européenne (à l'époque le Marché Commun) 1968 - Tremblement de terre majeur dans le Val di Belice. Vestiges de Gibellina et Poggio Reale.1986-1987 - « Maxiprocessi » contre plus de 500 membres de la mafia. 1992 - Giulio Andreotti quitte son poste de Premier ministre. 1992 - Assassinats mafieux de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.  1993 - Arrestation de Salvatore Riina (le patron des patrons) à Corleone. Depuis 1993 :

Les maires de Palerme, Catane et Syracuse commencent un long processus de restauration de leur vieille ville. Ouverture et entretien des réserves marines et des parcs nationaux pour protéger une faune et une flore abondantes. La formation des parcs industriels « Etna Valley » pour promouvoir le développement d'entreprises de haute technologie et de compagnies pharmaceutiques. 1994 - Premier gouvernement national de Silvio Berlusconi. 1997 - Agrigente et la Villa Romana del Casale deviennent des sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. 1997 - Le Teatro Massimo (le troisième plus grand opéra d'Europe) rouvre à Palerme, après 25 ans de fermeture. 2000 - Les îles Éoliennes sont inscrites comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce qu'il reste à voir : Îles Éoliennes : Vulcano, Lipari, Salina, Panarea, Stromboli, Filicudi, Alicudi. 2001 - Berlusconi revient au poste de Premier ministre en Italie avec 100 % des sièges siciliens. 2002 - Les villes du baroque tardif de la vallée de Noto sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce qu'il reste à voir : Noto, Ibla, Scicli, Modica, Raguse, Caltagirone, Militello Val di Catania, Catane, Palazzolo Acreide.

Découvrez les plus belles villas siciliennes >>

Mouse X
Mouse Y
Mouse Speed
Mouse Direction